... Rencontres entre Hommes :




Ma femme est ...étonnante suite


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Yan Loutort [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 18 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.1 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Yan Loutort ont reçu un total de 54 866 visites.

sexe récit : Ma femme est ...étonnante suite Histoire érotique Publiée sur HDS le 14-04-2019 dans la catégorie Entre-nous, les hommes
Tags: Bisexualite Fille encule homme
Cette histoire de sexe a été affichée 6820 fois depuis sa publication.


Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Ma femme est ...étonnante suite ( 10.0 /10 )
Couleur du fond :




Ma femme est ...étonnante suite

Dans le square d'une cité balnéaire où il passe quelques jours après une rupture, un homme rencontre une jeune femme qui se révèle avoir une "particularité" et découvre le bonheur.
Après une première nuit d'amour, Jean fait la connaissance de ses "beaux-parents"


Arrivés en bas, la voilà qui claironne « Papa ! Maman ! On peut déjeuner ? »
Je dois dire que ma surprise est à la hauteur de celle des deux personnes qui se trouvent dans la maison. La femme et l'homme sont sensiblement de mon âge. Lui est en train de lire le journal alors que la femme repasse du linge.
Dominique embrasse son père et enlace sa mère. «  Je vous présente Jean ! Voici mon père Paul et ma mère Annick.
- Enchanté. Dis-je malgré tout gêné de me retrouver ainsi. » Le père me tend la main distraitement, alors que la mère est beaucoup plus chaleureuse. Elle abandonne aussitôt son ouvrage pour nous préparer du café, des toasts et du jus d'orange.
Alors que nous engloutissons, plus que nous ne mangeons, Annick prépare d'ailleurs d'autres toasts en voyant notre appétit. Le père s'est replongé dans sa lecture. Dominique, qui s'est assise à côté de moi, ne rate pas une occasion de me caresser ou de m'embrasser, sous l’œil attendri de sa mère. Elle tourne autour de nous, curieuse de voir sa fille ainsi et je ne sais pas encore à quel point ! Au bout d'un moment, alors que nous terminons la troisième fournée de toasts, elle se décide à parler. Sûrement pour rompre le silence pesant qui s'était installé.
- « Çà fait longtemps que vous vous connaissez ?
- Maman ! » S'écrie Dominique
- « Quoi ? Je me renseigne c'est tout ! C'est quand même la première fois que tu ramènes quelqu'un à la maison ! » Sentant un peu de tension j'interviens.
- Nous nous sommes rencontrés hier après midi dans le square en face de chez vous. C'est vrai que c'est un peu rapide, mais... Il s'est passé quelque chose … de fort, entre nous.
- Oh Maman ! Si tu savais comme je suis heureuse ! Je n'ai jamais ressenti çà.
- Je sais que vous pensez qu'il y a beaucoup de différence d'âge entre nous mais...
- Ce n'est pas à çà que je pense... Mais à la différence.... de ma fille !
- Vous parlez de ce plus qu'elle a par rapport aux autres femmes ? Il se trouve que çà m'enchante !
- Je... Oui.. Non... Ce n'est pas çà, mais le regard...
- A mon âge, le regard des autres ne me préoccupe plus et votre fille est une superbe femme. Je pense qu'au départ, les gens vont voir notre différence de génération. Les mauvaises langues parleront du reste ensuite quand ils l'apprendront.
- Justement ! Çà ne vous gêne pas ?
- Je pense que j'informerai mes amis et mes proches très rapidement, pour qu'ils ne l'apprennent pas par la bande.
- Parce que... Vous avez l'intention de …
- Je suis très sérieux ! C'est étonnant, je suis surpris moi-même ! Je n'ai jamais ressenti cela pour quelqu'un, aussi je voudrais.... De mon temps, comme on dit, on faisait sa demande aux parents. Je sais, ne me demandez pas pourquoi, que Dominique pense comme moi. Aussi, Madame, Monsieur, voudriez-vous m'accorder la main de votre fille ? » Dominique me saute au cou « Oui ! Moi aussi je pensais à çà ! Bien sûr mon amour que je veux être ta femme.
- Il faut quand même que vous sachiez tout » déclare alors le père demeuré muet jusque là. « Dominique n'est pas notre fille !
- Que dis-tu là coupe sa femme. Bien sûr qu'elle l'est !
- Bon ! Toi, va chercher le champagne et les coupes et on va tout vous expliquer ! Bien sûr que je vous accorde sa main. Elle n'a d'ailleurs pas besoin de notre consentement. Vous savez sûrement les problèmes vers lesquels vous allez, mais je crois que vous êtes prêt à assumer. Maintenant voilà.

Dominique est née fille et ne s'est... transformée que plus tard.
- Oui ! Elle me l'a raconté.
- Ce qu'elle ne vous a pas dit, c'est que ses parents sont morts lorsqu'elle avait deux ans, dans un accident de la route. Son père vivait très mal l'état de sa fille. On ne saura jamais ce qu'il s'est passé, mais Dominique s'est retrouvée orpheline. Ma femme, qui est la sœur de la mère de Dominique, connaissait, et elle était la seule, la particularité de sa nièce. A la mort de ses parents, nous l'avons recueillie, puis adoptée.
Nous lui avons appris la vérité un peu plus tard.
- J'ai toujours dis que vous êtes mon papa et ma maman !
- Oui ma chérie ! Et comme nous n'avons pas eu d'enfant tu es bien notre fille. Nous savons combien tu as souffert et nous aussi, quand tu étais plus petite, repoussée par certains et plus tard, à ton retour au pays. Nous t’avons toujours soutenue et désespérions de te voir heureuse un jour.
Je lève mon verre à votre amour ! »
C’est bien la première fois que je bois du champagne au petit déjeuner ! Après avoir vidé nos coupes, la mère de Dominique nous invite à déjeuner.
Nous remontons pour nous habiller. Dominique m’entraîne ensuite par une autre porte de son appartement qui donne directement dans son bureau d’architecte. Nous y rencontrons deux collaborateurs qui travaillent ensemble sur un projet. Après m’avoir présenté, Dominique discute de quelques points avec eux pendant que je fais un tour. L’équipement est neuf. Des ordinateurs avec écrans gigantesques, tables traçantes serveurs, bref, les affaires de ma compagne ont l’air florissantes. Le nombre de dossiers est aussi imposant.
Nous descendons au rez-de-chaussée qui est le lieu d’accueil des clients. Des maquettes de réalisations sont exposées. La secrétaire standardiste nous accueille chaleureusement. Dominique lui laisse quelques instructions, lui demandant de décaler les rendez-vous de l’après midi.
En sortant, nous nous retrouvons sur la place. C’est en fait tout le corps de bâtiment qui lui appartient. M’entraînant par la main, nous pénétrons dans la boutique à côté qui n’est autre qu’un cabinet d’infirmière.
Nous avions parlé le matin du plaisir que nous aurions à nous passer de préservatif. Donneurs de sang tous les deux, nous étions « cleans » mais voulions en être assurés. Dominique qui a embrassé l’infirmière lui demande de nous faire passer le test HIV. Tout en effectuant le prélèvement les deux femmes discutent. Elles ont l’air très proche.
L’infirmière nous propose de nous donner le résultat le soir même « j’ai l’impression que vous êtes pressés ! -  ajoute-t-elle en riant. J’aurais le résultat pour vingt heures
« Mais tu fermes à dix huit heures ! lui dit Dominique
Oui mais appelles-moi. Normalement on ne donne pas çà par téléphone, mais vous passerez ensuite demain pour le document. Vu ce que vous m’avez dit cela ne devrait pas poser de problème.
- Merci ! Tu es un chou ! »
Les deux femmes s’embrassent et nous partons déjeuner.
« Tu as un ticket avec l’infirmière ! Dis-je
Tu es fou voyons ! On se connaît depuis l’école. On est très copines, c’est tout !
A la façon dont elle te regarde, te parle et te touche, je suis sûr qu’elle a un sentiment pour toi.
Tu es extraordinaire toi ! Il n’y a pas vingt quatre heures que tu me connais, tout à l’heure tu me demandes en mariage, et maintenant tu veux me mettre dans les bras d’une fille !
Pas seulement dans ses bras ! Tu m’as bien dis que tu avais déjà fait l’amour avec une fille ?
Oui, mais quand même ! Virginie !
Elle est très belle !
Oui ! Elle connaît aussi ma « particularité » comme tu dis !
Ta « virgule ! » C’est pas mal çà, tu es une femme… virgule… Je vais t’appeler Vivi ! Ce sera notre truc perso. Il n’empêche que cette femme en pince pour toi.
Mais… Elle a été mariée et elle a un enfant !
Cela n’empêche rien !
Mais… Tu n’es pas jaloux ?
Je vais t’apprendre : premièrement à aimer ton corps, ensuite, que d’autre aussi peuvent l’apprécier. Enfin, que notre amour est très fort, mais qu’il n’empêche pas les expériences. Tu es prête à me faire confiance ?
Je … Oui ! Je t’aime ! Je sais que tu veux mon bien, mais je ne veux pas te faire souffrir !
Tu ne me feras pas souffrir, puisque c’est moi qui te le proposerai. »
Encore une fois au milieu de cette place où maintenant il y a du monde en ce jour de marché, nous nous enlaçons et nous embrassons sous les yeux des badauds. Certains, peut-être moqueurs, mais peu nous importe ! Nous tenant par la main, nous retournons chez ses parents après avoir acheté du pain et une bonne bouteille de vin.
Le repas est très agréable. Le père, pas très loquace aux dires de Vivi et de sa mère, se déclare très heureux. Le fait que je sois plus âgé qu’eux-mêmes ne les dérange pas. Ils trouvent même que c’est rassurant.
Nous rejoignons l’appartement et je décide d’aller récupérer mes affaires à l’hôtel. N’ayant pas envie de laisser Vivi, je lui propose de venir avec moi. Elle semble hésiter.
« Quelque chose te dérange ?
Un jour, j’y ai été… avec un homme. Je ne voulais pas aller chez moi. C'est pas comme avec toi. Lorsque nous avons quitté l’hôtel – Une fois de plus l’homme m’avait traité comme une moins que rien après avoir profité de moi et m’avait abandonnée seule dans la chambre, son affaire faite. Le patron m’a traité de pute et m’a interdit l’accès à son hôtel.
Raison de plus pour que je t’amène avec moi ! S’il se permet d’intervenir, je vais m’occuper de lui !
Tu es vraiment fou mon amour !
Alors, d’accord ? Tu vas voir, on risque de se marrer ! »
En ce début d’après midi, la réception est déserte et je n’ai qu’à prendre ma clé au tableau. Une fois dans la chambre, j’ai très envie de ma chérie – je pense toujours à elle en tant que femme – Vite déshabillés, je commence par ce que j’adore faire, c'est-à-dire la sucer à genoux. Je me régale et Vivi aussi, pendant quelques minutes. Je découvre un plaisir supplémentaire en regardant notre étrange couple dans la glace de l’armoire. Me découvrir ainsi à genoux, devant cette femme magnifique, léchant et avalant sa queue bandée ; m’excite au plus haut point. J’en deviens « salope » et n’ai qu’une envie, me faire prendre par son chibre merveilleux. J’attrape un préservatif dans ma valise, lui enfile comme une pro, puis me positionne à genoux sur le lit, les fesses tendues, en la suppliant de me baiser comme une pute !
- «  Encules-moi ! Baises-moi ! Je veux ta queue dans mon cul ! Défonce ta vieille pute ma chérie ! »
Je suis complètement fou de cette femme virgule. De profil, je nous vois à nouveau à la glace, moi à genoux et ma belle derrière moi. Bien entendu, elle m’embroche sans coup férir et je gémis comme une femelle saillie par son mâle.
Vivi se déchaîne et je ressens bien son intromission. Nous sommes en sueur et elle ne tarde pas à gicler abondamment au fond de mon cul. Bien sûr la capote ne peut contenir tout son jus et rapidement, celui-ci déborde et se répand sur le dessus de lit. Ma chérie, veut à son tour que je la prenne ainsi. Nous changeons de position. Je la fais mettre face à la glace et l’oblige à nous regarder. Dans cette position on ne voit pas vraiment sa virgule, aussi, je la redresse en la tenant par les seins.
- « Regarde comme tu es belle ainsi ! Regarde ta virgule qui s’agite comme tes seins. Tu aimes ?
- O.. Ouiiii ! C’est bon ! Je n’avais jamais vu. Continue mon amour ! »
D’une main je branle maintenant Vivi tout en continuant à l’enculer. La position n’est pas facile et la pénétration limitée, mais le spectacle est jouissif. Vivi explose à nouveau et dans la glace, on peut voir son jet impressionnant décrire un arc de cercle avant de se répandre à nouveau sur le couvre lit. Alors que Vivi s’affaisse, je la saisie par les hanches et accélère ma sodomie pour me libérer à mon tour en criant.
Vautrés sur le lit, nos corps « baignent » dans le foutre de ma compagne. Je pense à la tête de la femme de ménage lorsqu’elle découvrira le champ de bataille.
Nous passons à la salle de bains. Sur le modèle de cette chaîne d’hôtel on trouve une baignoire/douche qui prend la largeur et sur un côté long une paillasse avec une vasque et tout du long un immense miroir. Face à lui, debout tous les deux, je caresse ma compagne qui ne tarde pas à rebander. Je réitère mon admiration devant sa plastique irréprochable et son sexe tendu. Je m’assoie sur la paillasse, appuyé contre la glace et demande à ma chérie de me prendre comme çà. Son sexe est juste à la bonne hauteur. Mon cul, bien ouvert depuis la dernière sodomie, est prêt à le recevoir. Vite équipée du préservatif, ma chérie me pénètre sans difficulté. Je l’encourage à me baiser fort et à nous regarder dans la grande glace. Je n’ai pas besoin d’insister, car Vivi, qui vient de découvrir ce plaisir, est toute heureuse de nous voir ainsi. Je m’abandonne à ma maîtresse qui m’encule profondément. Ses multiples jouissances lui permettent tout de même de résister longtemps.
A son tour, elle empoigne ma verge bandée et me branle tout en continuant à me posséder en rythme. Comme cette nuit, je sens monter en moi ce plaisir, comme une vague, l’impression de jouir par le cul. Je sais que cela va me laisser inerte, mais j’aspire à ce qu’il arrive.
Enfin la vague me submerge et je hurle en me vidant sur mon ventre. Vivi m’avait lâché depuis un moment, aussi je coule en continu, propulsé vers des sommets par la grâce de la queue de ma chérie.
Celle-ci se retire au dernier moment et, se finissant à la main, m’arrose de son suc, toujours aussi abondant. J’en ai partout, de la tête au bas ventre, la table de toilette en reçoit aussi ? J’étale son foutre sur mon corps, comme une crème bienfaisante. Vivi réintroduit sa verge dans mon fondement, m’apportant encore un plaisir subtil. Enfin, elle s’allonge sur moi pour échanger un baiser tendre et profond.
Je fais couler un bain dans lequel nous nous lovons afin de récupérer de nos émotions.
« Chez toi, dis-je, il n’y a aucun miroir. C’est volontaire ?
Oui ! Je n’aime pas mon image.
Tu as tort ! Tu es magnifique. C’est moi qui devrais avoir honte ! Je me demande d’ailleurs ce que tu me trouves ! Moi un vieux fripé et tordu !
Arrête ! On m’a tellement humiliée à cause de mon, de ma…
De ta belle bite !
Oui ! Je ne voulais pas me voir ! Tu as remarqué çà ! Décidemment, tu remarques tout mon amour !
Oui, j’ai trouvé bizarre au bout d’un moment. Surtout que c’est toi qui a dû faire le décor.
Bien sûr !
Bon on verra çà plus tard, Je vais d’abord me raser et faire ma valise. »
Vivi reste dans le bain et me regarde me raser. Lorsque je me rase le sexe, les couilles et le cul elle est très intéressée. Elle se marre carrément, mais quand je lui fais toucher, elle apprécie la douceur et même un peu plus en me caressant pour provoquer une nouvelle érection, qui ne tarde pas. Je lui propose alors de fignoler le rasage entre mes fesses, ce qui l’amuse beaucoup. La coquine en profite pour me doigter et le lécher. Je bande comme un fou. Elle me suce alors, juste pour le plaisir, car je lui demande de ne pas aller au bout. J’ai déjà beaucoup donné depuis la veille et ce soir, c’est le grand soir dont je veux profiter au maximum.
Nous faisons ensuite la valise et quittons la chambre. A la réception, le patron est présent. Il commence à interpeller Vivi.
« Je croyais t’avoir dis de ne plus revenir ici faire la pute !
Monsieur, interviens-je, je vous demanderais de rester poli avec madame ! Elle est ma fiancée et bientôt sera ma femme. J’ai le droit d’amener qui je veux dans ma chambre. D’ailleurs, je vous rends ma clé pour m’installer chez elle. Vous pourrez disposer de ma chambre dont je vous rappelle qu’elle est payée pour toute la semaine ! Vous devriez plutôt utiliser les compétences de madame, car votre hôtel mériterait un relookage. Il est un peu vieillot ! »
L’homme est scotché ! Derrière lui, le concierge est mort de rire et nous fait un clin d’œil. Nous sortons, je récupère ma voiture et nous rentrons chez Vivi. Je me gare dans la cour intérieure après que Vivi ait commandé l’ouverture du portail électrique « Je te donnerai une télécommande ajoute-t-elle » Dans l’appartement, Vivi me fait de la place dans une penderie pour mes affaires.
Il est à peine seize heures. Nous avons quatre heures à attendre avant de connaître le résultat de nos examens, aussi je propose, pour éviter une attente stressante, d’aller à la plage.
« Je… Je n’ai pas de maillot... Je n’ai jamais osé aller à la plage !
Çà aussi çà va changer ! Moi non plus je n’ai pas de maillot. Nous allons sur une plage naturiste !
Tu n’y penses pas ! Je… C’est pas possible !
Tu me fais confiance ? Tu vas voir, tu vas adorer !
Tu crois que … »
Je l’embrasse pour la faire taire. Je lui choisi une robe et une serviette qui peuvent aller à la plage. J’emporte ma serviette et la crème solaire.
Vivi décide de prendre sa voiture. Il s’agit d’un cabriolet Mercedes, la dame a décidemment des moyens. Elle décapote la voiture et nous partons vers la plage où je la dirige.
Sur place, je lui fait emprunter un chemin, heureusement très carrossable, vu son véhicule. Un pin nous apporte son ombre bienfaisante, qui évitera de transformer la voiture en cocotte minute. La dune franchie, je me dirige vers la partie naturiste, située à une centaine de mètres. A cette heure, la plage a commencé à se vider, ce qui rassure un peu ma compagne, soucieuse de ne pas rencontrer de connaissance.
Ayant trouvé une place un peu à l’écart, je ne tiens pas à l’effaroucher, on s’installe. La serviette étendue, je me déshabille et m’assoie. Vivi s’est assise sur la sienne, mais ne bouge pas.
- « Tu sais qu’ici tu ne risques rien. En plus, on remarque plus les gens habillés que ceux qui sont nus. Nous sommes loin et personne ne fera attention à toi. »
Sans m’occuper d’elle, ou tout du moins en donnant l’impression, je m’enduis de crème solaire, insistant sur mes parties intimes. Voyant qu’autour de nous personne ne regarde, Vivi enlève sa robe et très vite son soutien gorge. Pour la culotte, c’est un peu plus long. Elle hésite, puis, d’un coup, se décide et enlève précipitamment le dernier rempart de sa pudeur. Telle qu’elle est placée, personne ne peut voir son intimité. Dès qu’elle est nue, son sexe ratatiné, je lui propose de lui passer la crème.
Elle accepte, aussi, je badigeonne son côté face. Les épaules, les seins qui frémissent un peu, l’abdomen et je passe aux jambes et aux pieds pour finir par le bas ventre. Sous prétexte de le protéger de sa première exposition, j’insiste, ce qui provoque inévitablement l’érection de son sexe. Elle tente bien de s’y opposer, mais rien n’y fait. Elle capitule, submergée par le plaisir ressenti. Je n’insiste pas et m’étends à se côtés. Moi aussi je bande, l’opération sur ma chérie n’a pas été sans conséquence.
Pendant quelques minutes, je m’abandonne au soleil. M’étant déjà exposé je ne risque pas grand-chose, mais c’est une première pour Vivi. Je me relève et lui demande de me passer la crème sur le dos, ce dont elle s’acquitte avec plaisir. Elle s’étend à son tour et comme pour le côté face, je termine par ses fesses sur lesquelles j’insiste. Elle a beau se trémousser, ses globes, mais aussi l’entre fesses a droit à toutes mes attentions.
Nouveau temps d’exposition. Je sens la chaleur gagner mes propres fesses, aussi je propose d’aller se baigner. Panique chez ma voisine ! Il va falloir qu’elle se lève et s’expose, lui semble-t-il, à tout le monde. La prenant par la main, je la relève et l’entraîne vers l’eau. Placée comme elle est, le reste de la plage ne peut la voir.
On s’arrête au bord de l’eau et je l’enlace. La situation m’excite et je bande. Regardant ma compagne sur le côté, je vois que sa queue aussi a tendance à se tendre, aussi je nous fais avancer dans l’eau. La fraîcheur agit vite sur nos organes et lorsque nous somme entièrement entrés nous pouvons nous ébattre tranquillement.
Vivi apprécie vite la sensation d’être nue dans l’eau, de sentir le flot entre ses jambes. Nous nous amusons un bon moment. On s’enlace, on s’embrasse, on se caresse, si bien qu’au moment de sortir, sans nous en rendre compte, nous bandons tous les deux. C’est le regard curieux d’abord, étonné ensuite d’un promeneur qui passe devant nous, qui nous fait prendre conscience de notre état.
Nous courons alors vers nos serviettes, où nous nous étalons en riant. Là, blottis l’un contre l’autre nous pouvons échanger caresses et baisers sans que d’autres ne voient notre état.
Plusieurs fois je badigeonne Vivi pour éviter tout risque de coup de soleil. Elle se laisse faire maintenant, même quand j’insiste sur sa queue, que je branle carrément. Une fois même, je me suis penché et l’ai sucée sans qu’elle ne s’offusque.
Nous retournons plusieurs fois dans l’eau surtout que la plage s’est vidée, nous sommes quasiment seuls maintenant mais implicitement, nous attendons vingt heures. Il fait très bon d’ailleurs et nous en profitons au maximum.
J’insiste pour nous ré-enduire de crème, d’une part car c’est prudent, d’autre part car c’est un plaisir renouvelé de nous caresser sans en avoir l’air. Chaque fois cela se termine par des érections difficiles à cacher, mais nous résistons au plaisir d’aller plus loin, car nous attendons tous les deux le « feu vert » de la faculté et comptons bien profiter de notre nouvelle liberté d’action.
Il est bientôt l’heure, main dans la main nous allons au bord de l’eau. Là, tous les deux face à l’océan calme, nous contemplons le coucher de soleil, sans bouger, heureux d’être ainsi, nus et bandants dans l’attente de notre libération.
Solennellement, Vivi se tourne face à moi et me regarde fixement. Elle a pris son portable et appelle son amie. Mon cœur bat fort et j’en suis sûr, le sien aussi. Malgré le stress, nos queues sont dressées comme si nous voulions prouver à l’autre un désir plus fort que le sien. Les sonneries s’égrènent, ajoutant à une attente insupportable.
Enfin, la communication s’établit, Vivi met le haut parleur et positionne son portable entre nous.
« Virginie ? – comme si çà pouvait être quelqu’un d’autre – C’est Domi. On t’écoute, Alors ?
Je viens d’avoir les résultats à l’instant.
Oui, et…
Négatif… Tous les deux !
Merci ! »
Curieusement, nous n’éclatons pas de joie. Nos yeux s’emplissent de larmes et nous tombons dans les bras l’un de l’autre pour un baiser interminable. Enlacés, nos deux bites se frottent, dressées entre nous comme une invite à la joute qui suivra. Une joute amoureuse.
Longtemps nous restons ainsi. Seuls au monde. Nous abreuvant à la salive de l’autre ? Les langues s’affrontent dans un tendre duel. Par moment on s’écarte, simplement pour se regarder, voir nos bites tendues, puis on se recolle pour s’embrasser et se frotter. La nuit tombe, toujours main dans la main, nous reprenons nos affaires et sans nous rhabiller, nous regagnons la voiture. Toujours nus, nous rentrons. Le voyage passe comme dans un rêve, sa main droite sur ma bite, ma main gauche sur sa bite, comme pour ne pas se perdre. La boite automatique de la Mercedes permettant cette conduite un peu spéciale. Vivi rentre directement au parking intérieur et, toujours nus nous regagnons l’appartement. La montée des marches est longue, chacun cherchant à caresser, à sucer tétons et sexe.
Après de longues minutes, nous parvenons à l’étage, enlacés, direction la chambre. Vivi s’allonge sur le dos, relève ses jambes.
- « Mon amour ! Prends-moi ! Fais-moi l’amour ! Je veux sentir ta queue dans moi ! »
J’enduis sa corolle de gel et pointe mon gland dessus. Je pousse lentement afin d’apprécier cet instant unique ! C’est la première fois que j’encule à cru ! J’avais toujours mis une capote et je sais qu’ensuite ce sera la première fois que je me ferai sodomiser sans préservatif. Vivi est magnifique ainsi. Ses seins aux tétons tendus semblent plus gros, elle relève la tête pour voir elle aussi ma queue ouvrir son anus.
Ses muscles sont relâchés et je pénètre assez facilement, je fais durer au maximum jusqu’à buter mes couilles contre ses fesses. Je reste ainsi un moment, puis me penche pour embrasser ma belle. A sa demande, je commence la sodomie active.
« Je n’ai jamais ressenti çà ! Je sens bien ta bite au fond de moi ! C’est tellement bon de la sentir en vrai ! Tu vas voir mon amour, quand tu prendras la mienne, c’est encore meilleur sans capote !
Oui ! Moi aussi je te sens mieux ! C’est inouï la différence ! J’ai l’impression de « voir » ton conduit avec ma queue, je sens toute la surface !
Vas-y ! Bourres-moi ! Ensemences-moi ! Vide tes couilles au fond de mon cul ! Je veux sentir ton sperme me tapisser ! Mon amour, viens ! »
Ses muscles serrent fort et moi qui suis plutôt long à jouir, je sens monter ma sève brûlante dans mes reins. Je baise à fond ma femelle dont la bite balance au dessus de la mienne. Dans un cri, je me libère alors que les muscles internes de Vivi me pompent littéralement. Elle aussi joui et nous arrose de son liquide abondant. Je pense alors que tout à l’heure je le recevrai au fond de mes entrailles. Cette pensée fait que je ne débande pas et continue à sodomiser ma belle qui râle en continu. Je crois bien que pour une fois j’aurais réussi la « passe de deux » sans me retirer, mais l’envie de sentir sa queue dans mon cul est plus forte. Lentement, à regret, je sors de son anus dilaté, je m’étends à ses côtés, relève mes jambes et tout en m’enduisant copieusement mon œillet, j’implore ma chérie de me prendre.
« Ah ma salope chérie ! Tu en a envie de ma bite ?
Oui ! Ne me fais pas attendre ! Moi aussi je veux te sentir en moi ! Vas-y ! Encules-moi ! Baises-moi ! Engrosses-moi avec ton sperme ! Viens ma chérie ! C’est moi ta femelle maintenant ! »
Contrairement à moi avant, Vivi ne prend pas de temps et c’est d’un seul coup qu’elle s’enfonce dans mon cul. Aucune douleur pourtant, tellement j’espérais cette intromission. Je noue mes jambes derrière ses reins et ma belle m’encule à fond, puis, attrapant mes chevilles dans son dos, elle écarte mes jambes en grand pour me pénétrer encore plus loin. Je sens monter en moi les prémices de la jouissance et lorsqu’arrivent les premières salves de sperme que pour la première fois je sens au fond de moi, je délire ! Je jouis de tout mon corps ! J’ai l’impression d’être rempli, ce qui est le cas, mais aucune douleur comme avec un lavement. Ce n’est que douceur. Je « sens » véritablement les jets dans mon fondement. Malgré tout, mon réceptacle ne retient pas tout de l'important geyser, et sous les allers et retours de la queue merveilleuse de Vivi, çà coule entre mes fesses en faisant des « flocs »
Enfin, la source se tarit et mon/ma chérie se couche sur moi qui suis complètement sonné. Elle aussi est ivre de jouissance et nous nous cajolons par des baisers sensuels. Nous sommes unis comme rarement. Sa merveilleuse bite se rétracte peu à peu et fini par sortir de mon cul. Son jus abondant s'écoule alors de ma cavité anale, me laissant pantois et heureux d'avoir connu ce moment de plaisir unique.
Pour la première fois je ressens vraiment l'impression d'avoir été enculé ! Les fois précédentes, que ce soit avec un godemiché ou une bite encapuchonnée je n'avais pas cette impression. Je ne sais pas si je suis homo ou bi. Je me suis donné totalement à mon amour. Si c'est ainsi, je veux être sa femme comme il est la mienne. Un véritable plaisir partagé puisque nous ressentons la même chose. Enculé et fier de l'être. « Mon cul est à toi ma chérie, comme le tien est à moi ! » C’est un moment d’incroyable tendresse que nous vivons. Les baisers et les caresses que nous échangeons font leur effet sur ma chérie qui est d’abord une femme, avec ses capacités de jouir plusieurs fois en suivant et qui est aussi un homme dont la bite se redresse.
Je lui demande de me reprendre encore, tellement cette sensation de plénitude est extraordinaire.
« Tu deviens un vrai petit pédé me sourit ma chérie.
S’il le faut pour que tu m’encules aussi bien chaque fois, je serai ton petit pédé, mon amour. Mais ne t’inquiètes pas. Moi aussi j’ai envie de te baiser ! Tu me redonnes des forces insoupçonnées ! J’ai des envies folles ! J’ai envie que l’on s’encule en même temps ! Toi dans mon cul et moi dans le tien. Je ne sais si c’est possible. Tu vois, je suis fou de toi !
Comme c’est gentil ! Moi aussi je suis folle de toi ! Oui ! On essaiera de s’enculer ensemble !
En attendant, prend-moi en levrette comme la salope que je suis ! Je veux encore sentir ta queue dans mon cul !
Tu es insatiable mon chéri !
Oui ! Et je profite de ta capacité à rebander vite comme une femme, alors que moi, il me faudra un moment ! »

Je me tourne à genoux et offre mes fesses à la verge de ma chérie. Je cambre les reins de façon obscène dans l’attente de la bite adorée.
« Tu es vraiment une salope mon chéri !
Je deviens accro à ta bite ! Vite ! Enfile-moi et bourre-moi ! Ta queue me rend fou ! J’ai l’impression de l’avoir toujours attendue. Elle va si bien dans mon cul qu’elle a été faite pour moi. Vas-y ma chérie ! Baise ta salope ! Ta pute ! Profite de mon trou ! Il est à toi ! Défonce-moi ! Eclate-moi la rondelle ! »
Alors que Vivi pose son gland sur mon œillet, je ressens un frisson de plaisir. Que dire lorsque elle pousse et entre dans mon fondement. Je regrette qu’il n’y ait pas de glace dans l’appartement, pour nous voir ainsi. Vivi agrippe mes hanches et s’enfonce par petit coup dans mon anus béant. Atteignant dans cette position les zones sensibles de ma prostate. Je sens la chaleur monter dans mon corps. Je geins comme une femelle saillie par son mâle, ce qui est le cas, et alors que ma douce empoigne mon sexe, celui-ci laisse échapper du sperme qui s’écoule en continu, me laissant pantois. Ne tenant plus me m’écoule à plat sur le lit, Vivi toujours dans mes fesses, continue la sodomie jusqu’à jouir à son tour dans mon corps quasi inanimé. Mon esprit lui, ressent toute cette jouissance. Je perds toute notion de temps et de lieu, m’abandonnant aux limbes du plaisir suprême.
Je ne sais combien de temps je reste ainsi. Lorsque je reprends conscience, ma chérie est couchée contre moi et m’observe le sourire aux lèvres.
« Eh bien dis donc ! Tu as pris un sacré pied mon chéri !
C’est grâce à toi mon amour. Je n’avais jamais été ainsi. Tu peux faire ce que tu veux de moi si tu dois me mettre dans cet état chaque fois. Je ne sais si je tiendrai longtemps, mais en tout cas, je me sens en pleine forme. Pour ma queue, c’est autre chose. Je ne vais pas pouvoir te rendre la pareille avant un bon moment ! Je n’ai ni tes capacités ni ton âge pour être opérationnel. Tu as rempli mon cul et vidé mes couilles.
Ce n’est pas grave mon chéri. J’ai pris aussi beaucoup de plaisir à te prendre ainsi. Je découvre avec toi la sodomie active et çà, c’est irremplaçable. Je crois que ton cul aura du mal à se refermer, parce que je compte bien en profiter. Ton cul est divin !
N’exagère pas tout de même ! Un cul est un cul et quand tu auras goûté celui de ton infirmière ou d’un autre mec…
Tu es extraordinaire toi ! Tu dis que tu m’aimes, que tu veux m’épouser, et tu parles déjà d’avoir des relations avec une femme ou un homme !
C’est pour ton bien ma chérie !
Tu n’as pas peur que je les préfère à toi ensuite ?
Oui, mais ce que tu m’apportes déjà est un bonheur extraordinaire et puis, tu es jeune, je serai bientôt un vieux monsieur, je ne pourrai plus te satisfaire comme tu le mérites, alors je serai heureux si tu trouve du plaisir avec d’autres
Mais je t’aime !
Moi aussi je t’aime et c’est bien pour çà !
Tout le monde n’est pas aussi compréhensif que toi. Je te rappelle que j’ai souvent été déçue. Il n’y a que toi qui me comprennes.
Nous verrons bien. En attendant mon amour, je vois que cela t’excite et ta belle bite est à nouveau dressée. Mon cul, lui est un peu endolori. Il n’est pas habitué à tout çà. Viens ici que je te pompe
Tu n’en as donc jamais assez ?
De ta belle queue et de ton jus ? Non !
Tu veux me tuer !
Non ! Mais je vois que tu as encore envie et franchement je ne peux pas te laisser comme çà ! Je vais te vider les couilles ma chérie ! »
Je me précipite alors sur sa queue. Tour à tour, je suce son gland, je lèche toute la tige avale les boules puis essaye de l’enfoncer au plus profond de ma gorge gérant les hauts le cœur. Petit à petit, je trouve la technique de la gorge profonde. Son gland a passé ma luette et je le pompe comme la salope que je suis devenue.
Vivi se tord, essaye de me repousser. Je l’amène au bord de l’orgasme et me retire alors. Plusieurs fois je répète le manège jusqu’à qu’elle me supplie de la vider. Une dernière fois je l’absorbe au fond de ma gorge tout en pénétrant son cul de deux doigts. Là, je reçois ma récompense. J’avale une quantité incroyable de foutre, directement dans mon estomac en réussissant à ne pas recracher. Malgré tout je dois me retirer et ma chérie continue à m’arroser le visage et la tête ainsi que le buste penché sur son organe. Je le reprends en bouche, le pompant comme un furieux tirant encore de ce sceptre magnifique, son liquide intime léchant à nouveau sa tige pour tout récupérer.
Ma chérie est épuisée. Ce dernier orgasme, extrêmement fort, a vidé ses bourses et son énergie. C’est elle maintenant qui gît sur la couche. Je suis heureux d’avoir réussi cela. D’avoir amené ma chérie au bout de ses ressources. La chambre sent le foutre. Je suis heureux. Je m’endors.
Notre première nuit d’amour aura été extraordinaire. Au réveil, le cerne sous nos yeux témoigne de l’intensité de nos orgasmes. Nous nous cajolons avant de passer à la salle d’eau après avoir retiré les draps ravagés. L’un après l’autre nous nous occupons de l’anus de l’autre une crème adoucissante et un nettoyage poussé. Nous avons du mal à nous séparer et tout est prétexte à des caresses. Nos verges sont sollicitées ainsi que nos anus.
Nous passons la matinée ainsi. Nus, bandés, pour le plaisir de se sentir libres. Nous allons même sur la terrasse devant le salon. Sans vis-à-vis, elle permet de s’exposer. Vivi, qui a découvert le plaisir d’être nue, n’est pas la dernière à se balader. Il faut tout de même que je le lui rappelle lorsqu’elle s’apprête à passer dans le bureau voisin pour y prendre une tablette afin de repenser le décor de son appartement avec des miroirs. Son équipe serait surement heureuse mais surprise de voir la patronne ainsi.
Dans chaque pièce nous testons la position, la forme et la dimension de la glace qui y prendra place. Connectée à son serveur nous pouvons voir ainsi en trois dimensions le résultat. Une fois terminé, Vivi établi directement la commande à son fournisseur. C’est un habitué et moins d’une demi-heure plus tard il renvoi un devis que ma chérie discutera âprement. Elle obtiendra une belle remise avec la promesse de faire des photos de ces réalisations spéciales, qui pourront être diffusées par ledit fournisseur pour sa publicité.


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :






Les avis des lecteurs


Superbe histoire,cela donne envie,vivement la suite,merci pour ces bon moment!


Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :


Autres histoires érotiques publiées par Yan Loutort


Toute les femmes s'appellent Marie : Au sauna - Récit érotique publié le 08-07-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie fin : La nouvelle vie de Marie Noëlle - Récit érotique publié le 24-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : Fin de soirée au Freedom - Récit érotique publié le 22-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club - Récit érotique publié le 20-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : La caissière du supermarché - Récit érotique publié le 18-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Bisexualité - Récit érotique publié le 16-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : 2 Marie et 2 Jean - Récit érotique publié le 14-05-2019
Toute les femmes s'appellent Marie : Au sauna - Récit érotique publié le 12-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Françoise est une vieille conaissance - Récit érotique publié le 10-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Hélène retrouve sa compagne - Récit érotique publié le 08-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Un nouveau couple se crée - Récit érotique publié le 06-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Un intermède à la cave avec Floriane - Récit érotique publié le 04-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Nadia - Récit érotique publié le 02-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Hélène - Récit érotique publié le 30-04-2019
Dominique, ma femme étonnate fin - Récit érotique publié le 16-04-2019
Ma femme est ...étonnante suite - Récit érotique publié le 14-04-2019
Madeleine, ma vieille voisine est une coquine - Récit érotique publié le 31-03-2019
Dominique : Ma femme est... étonnante ! - Récit érotique publié le 12-04-2018



Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Unhommebrun le 2019-07-11 ....
• Par Reveur09 le 2019-07-11 ....
• Par Lepirate le 2019-07-11 ....
• Par Julien le 2019-07-11 ....
• Par QuiGonJ le 2019-07-10 ....
• Par Le Grand Maitre le 2019-07-10 ....
• Par Lombredelaissee le 2019-07-10 ....
• Par centinno le 2019-07-10 ....
• Par thierrylebutineur le 2019-07-08 ....
• Par marcus le 2019-07-08 ....





Online porn video at mobile phone


histoires bdsmvideo sexe francaishistoiresde sexerecit erosexe entre hommesechangistessexssexe francais gratuithistoires intimessex gros seinssexe hardvideos de sexecamera cachee sexecandaulistesite de rencontre sexehistoire de sexrecit erotiqueescorte sexetrio avec ma femmehistoire erotique lesbiennebranle entre potesexe rapidehistoires sexhds sexecaudaulismehistoires de lesbiennesles debiles sexenudiste sexesexe sadomasorevebebe recentmr sexesexe histoiresex et amateursexe teenssexe amateur francesexe erotiquehistoire bdsmvideo sexesexe gratsex 18 anssexe adulte gratuitsexe camera cacheehds sexenvie de sexehistoires de sexe.nethds histoiresexe doucheblog une histoire de mecsporno sexerecit erocaudalisme.comma mere me branlesexe en brebaise ma belle soeurhds menuscene pornosexe amateurshds sexvieilles cochonespiercing sexehistoires xhamstersexe torridetchat sexehistoire erobranlettes espagnolessexe gang bangsexe jeune et vieuxle bon coin sexesexe 18 ansurophilierecit xhistoiresde sexehistoiredesexesexe pere fillebaise entre femmesbeurette sexesoumise karinepatronne lesbiennesexe soumissionmarche aux esclaves bdsm