... Histoires De Sexe Audio :

Récits érotiques sur téléphone fixe ou mobile : Appelez le
Plusieurs catégories d'histoires libertines, sadomaso, insolites, lesbiennes etc...


A nous les petites indiennes


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Jpj [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 212 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.3 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.8
• L'ensemble des récits érotiques de Jpj ont reçu un total de 1 692 276 visites.

sexe récit : A nous les petites indiennes Histoire érotique Publiée sur HDS le 02-05-2019 dans la catégorie Plus on est
Tags: Exotisme Jeunes Vacances
Cette histoire de sexe a été affichée 3123 fois depuis sa publication.


Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : A nous les petites indiennes ( 10.0 /10 )
Couleur du fond :




A nous les petites indiennes

C’était l’époque de mon adolescence et des stages linguistiques estivaux pour améliorer la pratique de l’anglais. Henry IV organisait alors des voyages en Cornouaille...

Faut reconnaître que la Cornouaille, c’est petit joueur...

Mes parents, toujours soucieux d’optimiser la productivité de leurs investissements avaient voulu faire d’une pierre deux coups et avaient suivi la proposition du club d’équitation de Rambouillet proposant un stage équestre avec immersion linguistique totale en Oklahoma, dans une tribu Comanche.

Peuple des Plaines, ils avaient le cheval comme base de leur culture et du bison dans leur assiette de fèves ou de maïs bouilli quotidienne.

On est arrivés, mes deux copains français et moi à Fort Sill, un petit aérodrome, depuis Dallas, avec nos gueules enfarinées de parigots. L’avion était minuscule, un Piper à 4 places avec nos sacs entassés dans la soute et le pilote yankee à la gueule burinée de mercenaire black rescapé du Burkina Faso.
Le dit pilote causait très fort dans la TSF et s’énervait de n’être pas compris de la fille aiguilleuse à la tour incontrôlée. Normal, nous non plus on ne comprenait rien à son anglais US mâtiné d’accent africain présentement totalement imbitable.

On rigolait en pensant que si l’on chopait l’accent du coin, on aurait des zéro pointés au test langues étrangères de Janson de Sailly.

L’aérodrome avait pour seul bâtiment d’accueil un Algeco de commodités avec un grand mât sur le dessus et la manche à air rouge qui flottait... Genre chiottes turques de faïence blanche avec deux poignées de maintien aux murs de part et d’autre histoire de ne pas choir dans le trou. Irrémédiablement.
Terribles les chiottes, avec une porte genre saloon qui ne cachait pas grand chose : on voyait les chaussures les chaussettes le pantalon tire-bouchonné en dessous et la gueule du chieur concentré contracté en dessus.

Le préposé aux tâches administratives avait un look spécial genre sioux. Une gueule de gitanos de Camargue, des yeux noirs, des cheveux longs épais et gras, un regard revolver qui tue et, rigolo, une plume plantée dans sa tignasse roide, comme qui dirait couleur locale de bon accueil ethnique.

Il a regardé nos passeports UE mais on voyait bien qu’il n’y comprenait rien et pensait qu’on était de l’Alabama ou du Kentucky.
Enfin, de pays lointain.

Une gamine brune attendait à côté d’une énorme station wagon pick-up. Bronzée comme une beurette, le T-shirt crado en mini robe ras la touffe, un short en denim bleu raide de crasse qui empaquetait ses fesses musclées et surtout des godasses incroyables en cuir fauve à tige haute, des chaussures de rando genre Décathlon trial impeccablement cirées qui brillaient comme deux soleils.

La fille était souriante et même je trouvais qu’elle nous moquait un peu comme bleus à rouler dans le goudron et les plumes.
Je pensais, va ma belle, quand tu passeras dans nos bras on te fera chanter la carmagnole et tu te feras trois fois souvenir impérissable de France.
Le trouble d’une vie...
On sait, nous Français, faire tourner les violons.

Enfin, on arrivait là en Oklahoma, conquérants, et on n’allait pas s’en laisser conter par de petites indigènes locales pas même dégrossies.

Tout de même, du haut de ses quinze ans à peine elle s’est assise au volant du gros Ford décati et ses fesses en jean crevant la toile usée de la banquette, elle a démarré l’engin genre camionnette trois tonnes tous chemins, diesel avec pot d’échappement comme une cheminée schnorchel dépassant haut.

Elle parlait, vite et à haut débit, mais on ne comprenait rien. Elle riait et nous on était contents. On avait compris qu’elle nous avait à la bonne. Et que bientôt elle et sa famille nous accueillerait.
En réalité nous devions être hébergés dans trois familles différentes. Mais de même tribu.
J’espérais que ces gens-là auraient des maisons, des ranchs quoi. Mais, qui sait, peut être vivaient-ils encore dans des tentes, des tepees... Y a-t-il des commodities dans les tepees ?

Et je m’inquiétais, comment sauter la petite Comanche dans le tepee avec les parents juste à côté ?
Et je m’interrogeais, y a-t-il des chemins creux, des fossés herbus au bord des pistes de terre ocre de l’Oklahoma ? Et les filles d’ici sont-t-elles rompues à s’y faire culbuter ?

Je matais le teeshirt et les deux nibars amérindiens qui faisaient leur sarabande à chaque cahot du Ford. Je pensais, non seulement dans ce coin reculé du monde ils laissent leurs gamines conduire des caisses de cross dans les chemins défoncés mais encore ils ne les équipent même pas du harnachement nécessaire à garder leur poitrine au calme.

Et en plus avec trois Français...

Savent pas ici ce que c’est des Français, obsédés sexuels déchaînés, sans retenue aucune et diablement déterminés à tracer, partout et toujours.

Nous, on avait l’air inoffensifs. On baissait la tête et on regardait nos pieds. Mais on avait tous trois la bite raide et on restait à l’affût. L’affût, c’est l’attitude du Français normal ... chaque fois que passent les oies sauvages. Et les gazelles aussi.

Le Ford s’est arrêté devant un monticule de pierre sous un olivier. Une source coulait là. La fille a dit, cette source s’appelle ever mind cela signifie que si vous avez un jour bu de son eau vous serez à jamais prisonnier de ce lieu.
C’est une eau radioactive et la nuit on voit luire son flux fluorescent. Buvez, amis français, et vous serez à toujours de notre pays. Vous serez ainsi baptisés.

La fille nous prenait par la taille. Elle était chaleureuse comme le sont à Paris les filles de Belgique. Nous on pensait que cette petite Comanche avait bien du charme et on espérait chacun que la famille qui nous serait affectée serait la sienne.

On matait son short de jean et chacun pensait que Lévy Strauss était un coquin qui avait conservé les boutons de braguette lieu d’opter comme tous les autres pour le zip éclair. Par les échancrures de la braguette on apercevait son slip blanc et nous Français, on bandait. Juste simplement, on bandait.

Elle causait américain et on avait du mal à suivre. Elle parlait monte et canassons. On comprenait qu’ici les bagnoles n’avaient pas trop la côte et que, comme en France en Camargue, le cheval était le seul moyen de circuler dans la nature sauvage tourmentée.

Elle a dit, nous on monte à cru. C’est cela qui nous distingue des Yankees, salauds de colons envahisseurs qui eux ont des selles de cuir et des étriers.
Vous verrez, le plus dur ce sera de vous passer des étriers. Mais nos mustangs sont complices des cavaliers et l’empathie fait l’équilibre. Juste faut serrer les cuisses fort.
Nous on matait ses jambes et on comprenait qu’avec ces cuisses dures et musclées elle n’avait aucune difficulté à faire corps avec l’animal. On l’imaginait en galops infernaux, bride abattue, sur fond de sunrise au creux des canyons.

Et on bandait...
On bandait, tels Français du bout du monde, ambassadeurs de notre beau pays, bandaison fleurie de glands turgescents.
Enfin, on se sentait citoyens et membres ardents de la communauté française.

La fille comanche, elle, ne savait pas. Elle croyait juste qu’on était des petits cons sans envergure. Des gars comme ceux auxquels elle était rompue, des gars de l’Est, Washington DC, Massachusetts ou même pire. Des gars en stage d’équitation qui venaient en réserve juste pour s’initier à la monte.


En arrivant à Wichita Mountains on a compris qu’on était dans le vrai authentique. Les familles habitaient des cahutes de bois genre préfabriqué mais géantes. C’était une sorte de village avec des bâtiments fermiers et de grands et hauts silos à grain.

La fille m’a débarqué le premier dans ma famille.
Mes Comanches à moi étaient tous sur leur perron genre le Sud de Nino Ferrer en welcome. Le père et le grand père, la mama et les deux grandes filles. J’avoue que mon cœur a chahuté quand j’ai vu les deux minettes seize dix sept ans guère plus, brunes à cheveux longs et jupes de daim à franges avec des sourires de bienvenue à faire bander un mort.
Je n’étais pas mort du tout mais je bandais quand même à fond.

L’ainée a bondi et s’est emparé de mon sac. La cadette m’a sauté au cou pour me biser de bouche baveuse et langue prégnante. Les parents riaient de mon attitude décontenancée.

Le père et le grand père m’ont attrapé chacun par un bras et m’ont emmené dans la cabane devant une sorte de vitrine sans vitre. Ils m’ont montré un vieux tromblon à chien portant un silex. Le papé m’a dit, moi avec cet engin j’ai tué un colon espagnol du Nouveau Mexique. Et on lui a volé plus de trente chevaux.
Au dessus deux winchesters au canon sombre poli, à droite un colt, à gauche un revolver.

Ils m’ont dit, vois ami ici sont les armes de la famille. Elles sont à toi à ta disposition si nécessité se fait. N’hésite pas à t’en servir et abats tes ennemis. Tes ennemis sont nos ennemis. Et sous deux pieds de terre ils seront à bonne place.

Moi j’étais interloqué.

Ils ont tous deux ajouté, nos filles sont pour toi. Elles n’attendent que toi. Ici les filles s’ouvrent aux étrangers pour échapper aux malheurs de consanguinité des unions de tribu.
Mais rassure-toi, Français, on ne te fera pas prisonnier de mariage. Tu seras libre de partir de repartir vers ton pays lointain. Nos filles engrossées on se les garde avec leur progéniture et on les marie aux jeunes gars de chez nous. Et on remercie le Grand Sachem de nous donner par sa loi des papooses bien sains.

Je sentais que l’aventura chez les Peaux Rouges locaux se présentait bien.

On est retourné au salon, enfin à la pièce centrale de la cabane. Les deux grandes squaws étaient assises en tailleur, en lotus sur une sorte de tapis, leurs jupes à frange en corole et leurs yeux noirs en tendresse dans les lueurs rouges du feu de la cheminée ouverte.

La mama avait préparé une décoction qui bouillassait pendue à la crémaillère dans l’âtre.

L’ainée des deux filles m’a pris par la main et m’a entraîné à l’extérieur. Aussitôt passée la porte et la moustiquaire battante, elle m’a attiré contre elle. Sa poitrine lourde faisait barrage entre nous. Mais on était en concordance d’émotion.
Elle a dit, en américain dans le texte, je vais te présenter le cheval que l’on a choisi pour toi. Viens.

On est arrivé au grand hangar où vivaient les chevaux. Non pas en box individuels comme chez nous mais tous ensemble comme en communauté comme en famille. Mangeoire commune au fourrage appétissant et bêtes à se frotter à se toucher mutuellement.

Le mustang qui m’était affecté avait robe auburn. Elle, car c’était une jument, est venue me humer pour me comprendre. J’ai touché la main de ma compagne pour la serrer et lui dire ma vérité et ma communion avec la belle jument qui tendait sa tête contre ma poitrine.
Mon autre main fut pour elle, pour son encolure et son pelage dur et chaud et vibrant.

Le foin sombre formait litière et la grande squaw m’y a mené tout naturellement pour nous basculer. Son épaisse tignasse noire se mélait aux fétus blonds mais son rire roucoulant restait néanmoins discret, pudique. J’ai roulé sur elle dans l’odeur de la paille et la jument debout auprès de nous nous matait de son regard latéral avec un air complice, une sorte d’acquiescement.

La fille m’a chopé de deux bras sous mes épaules à serrer mon buste et de ses deux jambes talons crochés à mes cuisses comme pour me faire son prisonnier. Elle fermait les yeux mais je voyais bien sur ses traits son contentement.

J’ai juste posé mes lèvres sur les siennes, comme pour lui dire mon accord à poursuivre plus avant cette rencontre.
Elle m’a rendu mon baiser d’une longue cambrure du pubis cherchant ma virilité.
Levé, je lui ai tendu la main pour l’aider à s’arracher au foin. Le cheval est venu à moi et m’a honoré d’une poussée puissante de sa tête râpeuse comme pour m’adouber et me dire bienvenue au club.

En rentrant la jeune sœur est venue à moi et m’a serré par la taille. Elle m’a dit, moi je monte un hongre pangaré.
Ma sœur et moi sommes fusionelles et nous dormons ensemble dans le même lit mais elle, monte un mustang appaloosa tacheté.
Nous serons donc, tous trois avec toi une jument, ma sœur un vrai mâle et moi un hongre.

Ma sœur et moi dormons nues dans le même lit ; nous sommes fusionelles. Et ce disant elle a pris ma bouche pour un palot infernal profond et mouillé lors que toute la famille nous matait là devant la cheminée.

On est passés à table bouffer une bouillie de maïs dans des bols de terre cuite, avec pour tout couvert une cuiller en bois. Le bison avait été bouilli et chacun attrapait à pleine main dans le chaudron d’eau tiède des morceaux filandreux qu’il déchiquetait de canines hardies et dévorait.

On m’avait souhaité en famille le welcome, on m’avait montré les armes de la maison, les filles m’avaient ouvert, l’une et l’autre, leur cœur, on m’avait fait partager le repas vespéral, maïs con carne, mais j’étais en attente de savoir quel serait le lieu de ma couche.
J’espérais qu’on m’aurait affecté une chambre perso où pouvoir trouver sérénité et calme après ces dures épreuves exotiques en rencontre de civilisations lointaines.

Mais mon espoir a été déçu. Bien déçu.

Ils avaient posé mon grand sac dans la piaule des filles.
Pourtant la cabane était grande et je ne comprenais pas qu’il n’y eût une pièce à part pour le stagiaire, pour moi.

Heureusement, j’avais un pieu perso. Un grand lit. Avec deux oreillers, un présage, non ?

Les deux indiennes devaient dormir dans un grand lit identique à l’autre bout de la piaule. Et moi, je pensais, vu le bon accueil, ça risque de bien se terminer cette histoire-là...
Surtout que sur le dessus des lits il y avait en guise de couverture de couvre-pieds, une large peau de bête, élan ou wapiti.

La salle de bain était tout à fait moderne avec baignoire et douche genre italienne. Carrelages mozaïques, lavabo de faïence colorée et robinets Grohe avec mélangeur et tutti quanti, y compris le radiateur sèche-serviettes Acova. Jamais on aurait cru que ces gens-là étaient de l’Oklahoma ou de par là-bas.

Les squaws ont filé en culotte torse nu en sautillant à la dite salle de bain tandis que je déballais mes chemisettes et mes pantacourts pour les poser sur les étagères à moi dévolues.
Je les entendais rire et je pensais, elles se réjouissent de l’opportunité du Français à consommer ce soir...
Je pensais, c’est le monde à l’envers, je croyais venir ici pour croquer de l’indigène et me voilà Futtern de faune locale.

J’ai pris la suite à la douche, moi aussi en slip. Non mais, un Françouze c’est pas plus compliqué qu’Américaines, même Comanches.

Dans la chambre les lumières étaient éteintes quand je suis rentré, serviette en pagne, encore un peu humide.

Mon lit, j’avais dû faire erreur, était occupé. Je suis allé à l’autre lit. Malheur, il l’était aussi.
Le hasard à moins que ce n’ait été le Bon Dieu a alors fait choir ma serviette qui s’est étalée au sol à mes pieds.
La jeune Indienne Comanche a alors jailli de sous la couette d’antilope brune et m’a happé de lèvres douces et mouillées. Ma tige modeste était molle au sortir de la douche chaude. Mon gland entièrement recouvert de sa protection prépucique a été englouti d’aspiration jusqu’à fond de glotte.

Elle a voulu que je choisisse sa couche pour ma nuit lors que je ne savais pas même si elle était aînée ou cadette.
Comme il est de bon ton chez nous en France, on se doit de se plier aux désirs des hôtes, et moi j’étais d’accord pour baiser l’une et aussi pour baiser l’autre. Donc tout était dans l’ordre des choses.


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :






Les avis des lecteurs


J aime le ton.
J espère une suite


Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :


Autres histoires érotiques publiées par Jpj


A nous les petites Indiennes, suite - Récit érotique publié le 11-05-2019
A nous les petites indiennes - Récit érotique publié le 02-05-2019
Cagole de Palavas - Récit érotique publié le 08-04-2019
Trousse chemise, histoire d’un viol - Récit érotique publié le 10-03-2019
Oral, Anal ou Normal - Récit érotique publié le 07-02-2019
Quess' tu voudras mettre demain ? - Récit érotique publié le 27-01-2019
Dans le cul, ça porte moins à conséquence - Récit érotique publié le 08-01-2019
Sexfriend - Récit érotique publié le 23-12-2018
Gros bonnets - Récit érotique publié le 07-12-2018
Pipe Master - Récit érotique publié le 03-11-2018
Les Anges boulangères - Récit érotique publié le 21-10-2018
Une grande Fille brune - Récit érotique publié le 24-08-2018
Les trois sorcières - Récit érotique publié le 22-07-2018
Voisine - Récit érotique publié le 01-06-2018
Barbie existe vraiment, je l’ai rencontrée. - Récit érotique publié le 24-05-2018
Solveig nue - Récit érotique publié le 23-04-2018
Cul nu - Récit érotique publié le 20-04-2018
Belote chez Honta - Récit érotique publié le 18-04-2018
Rando des préliminaires - Récit érotique publié le 16-04-2018
Mon cœur est tendre mais ma bite est dure - Récit érotique publié le 13-04-2018
Bralette provençale - Récit érotique publié le 11-04-2018
Moquerie - Récit érotique publié le 16-03-2018
Gamine - Récit érotique publié le 25-02-2018
Adamo - Récit érotique publié le 30-01-2018
Une chouette copine - Récit érotique publié le 23-01-2018
Soline en chambre d’hôtes - Récit érotique publié le 08-01-2018
Soupline, copine coquine - Récit érotique publié le 27-12-2017
Clitorice était vierge - Récit érotique publié le 18-10-2017
Visitation - Récit érotique publié le 24-09-2017
Valérianne, végane - Récit érotique publié le 22-08-2017
La Vendeuse de Culottes - Récit érotique publié le 05-07-2017
Lise m'a déniaisé - Récit érotique publié le 29-05-2017
Ma robe vichy - Récit érotique publié le 27-05-2017
Bac D, oral - Récit érotique publié le 25-05-2017
Le Doudou de ma copine - Récit érotique publié le 20-05-2017
La Petite des Archives - Récit érotique publié le 14-05-2017
Tom - Récit érotique publié le 10-05-2017
Petite fille - Récit érotique publié le 08-05-2017
Une boite écolo - Récit érotique publié le 06-05-2017
Misa - Récit érotique publié le 02-05-2017
Gwendoline - Récit érotique publié le 10-04-2017
Comme un garçon - Récit érotique publié le 07-04-2017
Une fille stakhanoviste - Récit érotique publié le 17-03-2017
Tu le crois vraiment ? - Récit érotique publié le 10-02-2017
Monte à cru - Récit érotique publié le 27-01-2017
La Gamine - Récit érotique publié le 23-01-2017
Prénom Champagne, 1 - Récit érotique publié le 01-01-2017
La Chaumière - Récit érotique publié le 30-12-2016
Un dialogue secret - Récit érotique publié le 28-12-2016
Mon âme m'échappe - Récit érotique publié le 18-12-2016


Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par alexmasseur13 le 2019-06-25 ....
• Par Pierre2 le 2019-06-24 ....
• Par Anthonyx le 2019-06-24 ....
• Par Anonyme le 2019-06-23 ....
• Par Anonyme le 2019-06-22 ....
• Par Cyberplaisir le 2019-06-21 ....
• Par BeurTbm le 2019-06-21 ....
• Par carl renan le 2019-06-20 ....
• Par Ma langue le 2019-06-19 ....
• Par Nudiste le 2019-06-19 ....





Online porn video at mobile phone


sexe belle merehistoire hotrecits hdshds histforum sexehds sexvieux sexebranlettes espagnolesvideo sexe gratuithistoires de sexe(s)sexe tres hardsexe rapidesexe gratuittexte erotiquesexes gratuitfistfuckingcandolistesexe piscinehistoire de sexe incestehistoires candaulistessexe branlettevideo sexe pornofuckingmachinevideo sexe gayrecit gayrecits candaulistesvoisine cochonnesex hardehds sexhistoires de sexe(s)sexe extremecage de chasteteposition sexesuce sous la tablesexe moviesrecits hdshds histoiresrecits pornossexe tubesexe histoirefuck machinerecits candaulisteshds histoirevideo sexe amateur francaishistoire sexysexe violsexedenferle marche aux esclaves bdsmrecit erotiquesblog sexe amateurhistoires de lesbiennesblog sexe amateurmature sexemilf sexesoumission sexegros siensgirl sexepornographique gratuitgrande bitephoto de sexesexe xnxxhds histoiresfessee erotiquerecits hdssexe mere et filsrecit erotiqueshistoires sexessexe lesbiennessexe chevalsexe echangistesexe 100histoire de gaybaise en groupex-erotiquesexe vintagechangement de sexefuckingmachinesexe sensuelsexe naturegorge profondrecit eroyoutube sexehds menu