... Histoires De Sexe Audio :

Récits érotiques sur téléphone fixe ou mobile : Appelez le
Plusieurs catégories d'histoires libertines, sadomaso, insolites, lesbiennes etc...


Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Yan Loutort [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 17 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.2 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Yan Loutort ont reçu un total de 48 586 visites.

sexe récit : Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club Histoire érotique Publiée sur HDS le 20-05-2019 dans la catégorie Plus on est
Tags: Club libertin Handicap Bisexualite
Cette histoire de sexe a été affichée 1674 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club ( 10.0 /10 )
Couleur du fond :




Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club

Vers midi, je rencontre Marie Françoise. En me voyant elle se marre.
« Eh bien dis donc ! La nuit a été chaude !
La nuit et le matin !
Bravo ! Dès le premier soir ! Tu me racontes ?
Mais dis-donc ! Tu es gonflée toi !
Allez ! Tu as dû t’amuser, à voir ta tête !
Disons que la nuit a été courte, que la soirée et le matin ont tenu leurs promesses.
Bon, alors, je la connais ?
Peut-être, je t’ai dis.
Tu attends quoi ? C’est sérieux ?
Non, mais, demain, je vais passer le weekend avec elle et ensuite, on verra. Je crois quand même que je suis tombé sur un bon numéro !
Salaud ! Tu me présenteras ?
Sûrement ! Elle m’a l’air d’une coquine, mais avant, je veux tester. On se voit vendredi prochain ?
D’accord ! Tu vas où alors ?
Sur la côte, j’ai envie d’essayer un truc.
Et tu ne veux pas avec moi ?
J’aime le changement ! Non, je rigole, mais je veux essayer un peu rien qu’avec elle.
Salaud !
Ce qui n’empêche pas les rapprochements. Allez bises, à plus ! »
Ce dialogue, surréaliste pour certains, c’est passé en moins de deux minutes au milieu de la place du village. Je me doute que Marie est suffisamment curieuse pour tenter de voir avec qui je pars. Au lieu de partir le lendemain comme prévu, j’appelle l’autre Marie pour savoir si elle peut partir le soir même.
L’après midi, je réserve le club auquel l’accès se fait par un code envoyé sur internet. Je trouve un hôtel juste à côté pour deux nuits.
En début d’après midi, je retrouve Marie sur un parking discret, elle monte rapidement dans ma voiture et je démarre aussitôt. C’est parti !
Ma compagne dort quasiment toute la route jusqu’à arriver sur la côte. Il faut dire que la nuit a été courte et active pour elle aussi. Pour ma part j’ai réussi à dormir quelques heures, mais elle a dû s’occuper de sa fille très curieuse de savoir pourquoi elle partait jusqu’au dimanche.
Nous nous installons à l’hôtel qui a le double avantage d’être proche du club et d’avoir un parking souterrain accessible directement depuis les chambres. Un bonne surprise nous attend car en cette basse saison, l’hôtel est en travaux et nous héritons d’une suite au prix d’une chambre normale qui de plus, donne sur l’océan. Un rêve !
Nous partons ensuite à pied pour faire les achats nécessaires pour la soirée. Connaissant bien Biarritz je guide Marie qui elle, découvre cette jolie ville. L’ancien magasin « Biarritz Bonheur » et son décor rococo nous permet « d’habiller » ma compagne d’une courte robe noire qui dégage les épaules et le dos jusqu’aux fesses, des bas autofixants de même couleur et un string complètent la tenue. J’enregistre au passage les mensurations de Marie ce qui pourra être utile pour d’autres achats plus coquins par la suite.
Retour à l’hôtel pour une séance de câlins sur l’immense lit. J’amène Marie aux limites de la jouissance sans la laisser se libérer afin qu’elle soit bien « chaude » pour la soirée. Ce sont surtout des caresses et des baisers que nous échangeons. Je peux admirer ses courbes et sa souplesse.
Long passage dans l’immense salle d’eau de la suite. Epilation et rasage soignés et un long moment dans la grande baignoire à remous. Dans le miroir qui couvre tout un pan de mur la grande silhouette de Marie apparaît encore plus sensuelle. Je me félicite d’avoir cette belle femme comme maîtresse.
Marie aurait voulu s’habiller juste avant de partir pour le club en passant par le parking afin de ne pas être vue, mais j’ai décidé de dîner au restaurant de l’hôtel puis de nous y rendre directement.
« Vêtue » de nos achats complétés d’escarpins à talon, Marie est une bombe ! On devine sa poitrine libre sous la robe. Maquillée et peignée je ne peux m’empêcher de la prendre en photo, à son grand désarroi. J’ai revêtu un pantalon noir sur un string, avec une ample chemise blanche. Nous passons un manteau et descendons au restaurant. Marie un peu tremblante s’accroche à mon bras. Le sourire avenant du maître d’hôtel la rassure.
On s’installe à une table ronde au bord de la baie vitrée donnant vers la plage. Notre couple ne passe pas inaperçu des autres clients attablés, surtout quand le garçon récupère le manteau de Marie dévoilant sa silhouette. Elle est quasiment de dos à la salle mais beaucoup de regards masculins convergent souvent vers notre table.
Les plats sont délicieux nous nous contentons d’une sole et un dessert pour ne pas être ballonnés pour la soirée, un bon café avec lequel discrètement, j’avale une pilule « énergisante ». Le petit rosé frais a donné des couleurs aux pommettes de Marie dont les yeux pétillent. Sa main cherche souvent la mienne sur la nappe. Quand elle va refaire son rouge à lèvres aux toilettes, les regards des mâles la déshabillent.
Il est un peu plus de vingt deux heures lorsque nous quittons le restaurant. Bien qu’ayant repéré le club je demande à la réception où il se trouve pour bien faire savoir ce que nous allons faire. C’est le directeur qui nous renseigne avec le sourire, il m’indique le trajet et nous souhaite une excellente… soirée ! On découvrira très vite qu’il est un habitué du club.
Deux minutes plus tard nous sommes devant le « Freedom », un nom sympathique et évocateur de liberté. Sur le parking, une quinzaine de voitures. A l’entrée, je présente ma carte bleue au lecteur et entre le code d’accès ayant été communiqué lors de la réservation, la porte s’ouvre et nous entrons dans un sas. Très pratique, très rapide, très sûr comme système ! Quand la porte d’entrée se referme, le sas s’ouvre.
J’avais trouvé par hasard sur Internet, le site du Freedom il y a un moment déjà. J’avais trouvé le lieu et le concept très sympa, mais n’avais jamais trouvé la femme avec qui venir, car le club n’est ouvert qu’aux couples (ou plus tard, aux habitués). La sélection se fait d’abord par le prix. L’entrée est à cent vingt euros pour le couple, quatre vingt pour un homme seul. Boissons non alcoolisées à volonté. Tout ce qui est alcool étant aussi à un prix prohibitif.
Dès l’entrée, au vestiaire, un grand noir nous accueille tout sourire, récupère nos manteaux et me remet un bracelet avec notre numéro. Appuyant sur le bouton d’un interphone, Il appelle « Martha pour l’entrée merci ! » Une naine arrive rapidement et nous reçoit.
« Bonsoir monsieur dame ! Bienvenue ! C’est votre première visite chez nous ? Si vous le voulez bien je vais vous faire visiter notre club, qui j’espère vous plaira. »
Marie tient fort ma main. La sienne tremble. C’est une première pour elle. La naine Martha donc, nous guide dans l’établissement qui paraît assez grand. Le club peut recevoir jusqu’à une centaine de personnes.
« Vous êtes ici dans le grand salon. A droite le bar. Nous servons à volonté un cocktail maison à nos clients. Je vous le recommande ! Ses vertus sont surprenantes ! A gauche des banquettes autour de tables basses et la piste de danse. Au fond de la salle, une estrade avec deux poteaux de lap danse. Un podium circulaire bas et un podium assez haut. Les eux sont violemment éclairés par un spot. Le plus haut est entouré de barreaux. Ceux ou celles qui veulent y danser et s’exhiber y prennent place.
C’est très joli et fait avec goût !
Merci ! Passons à côté maintenant. »
Un passage étroit, en fait l’épaisseur d’un gros mur, et nous nous retrouvons dans une salle avec une lumière tamisée et au plafond plus bas, dont le centre est occupé par un immense matelas, où peuvent s’ébattre plusieurs couples ensemble. Autour, s’ouvrent cinq alcôves occupées par un canapé et dont on peut ou pas tirer un rideau pour s’isoler. Sur le matelas central deux couples et un homme s’ébattent, dans une alcôve un gros homme contemple la scène. Entre ses jambes un éphèbe le suce, les mouvements de sa tête rythmés par la main du gros.
Martha salue l’homme qui lève un pouce de sa main libre signifiant la qualité de la pipe octroyée par le jeune garçon. Nous traversons la salle pour nous retrouver dans la partie humide de l’établissement. Un hammam et un jacuzzi de huit ou dix places, encastré dans le sol, avec des banquettes plastifiées autour. Dans le bassin se trouve un couple. Au bord, un homme mate le couple dans l’eau en se masturbant.
Habitué des saunas, je préfère retourner dans la première salle, pour commencer au moins. Après, nous verrons.
« il y a des peignoirs si vous désirez vous sécher ensuite » nous indique notre guide.
Au passage dans la salle aux alcôves le jeune a changé de position, il s’est maintenant embroché sur l’homme qui l’encule profondément. On voit quand il se lève sur ses jambes, que le vit du gros est un sacré manche. Je jeune homme a l’air d’apprécier car il bande fort. Sa queue longue et fine est bien dressée.
« Tout à l’heure, c’est lui qui va la mettre à Georges - le gros homme – En attendant il déguste ce petit salaud !
Pourquoi dites-vous ça ? dis-je à la naine.
Parce qu’il aime aussi me prendre avec sa belle bite mais toujours caché ! Il a honte qu’on le voit avec une naine !
Cà ne me dérangerait pas, à moi !
Vous me plaisez, vous, mais vous avez une très belle femme !
Je suis sûr, et elle est là aussi pour ça, qu’elle va trouver quelque cavalier, ou cavalière, aussi je serai ravi, si vous m’acceptez !
Chiche !
Rendez-vous tout à l’heure ! » La dame s’éloigne et retourne à l’entrée.
Dis-donc, toi, tu veux déjà m’abandonner ?
Non ! Bien sûr ! Mais je te soupçonne d’être une coquine et si j’ai très envie de toi, j’ai aussi très envie de te regarder quand un autre homme te baisera. Tu dois être superbe ! Si Martha est disponible, je réaliserais bien le fantasme de baiser une naine !
Tu es vraiment un vicieux toi !
Il faut bien que tu sois vite au courant. Que tu ne te fasses pas d’illusions sur mon compte. Je suis un vicieux et je pense que tu es une belle coquine, alors profitons-en ! »
Nous revenons dans la première salle et nous installons dans un canapé autour de la piste de danse. La barmaid nous demande ce que nous désirons boire, nous conseille le cocktail maison sans alcool « Vous m’en direz des nouvelles » Le champagne et autres alcools étant à un prix prohibitif, nous optons pour le cocktail. « Vous ne le regretterez pas »
La salle est bien remplie et il y a encore des personnes qui entrent. Je me dis que l’affaire a l’air de marcher bien. Compte tenu du prix d’entrée, la recette est déjà intéressante pour un vendredi et doit atteindre facilement les trois mille euros.
Sur les banquettes à nos côtés la température monte et quelques couples sont entrés en action. A notre droite une femme est à genoux entre les jambes de son homme et le suce alors qu’à leurs côtés c’est un homme à genoux qui suce sa partenaire. Ont-ils alterné les couples ? Le disc-jockey a lancé une série de slows sur les standards des années soixante dix : Johnny, les Procol Harum et autre Frédéric François se succèdent et mettent peu à peu le feu au dance floor !
Collé contre Marie qui me communique sa chaleur, je bande comme un fou. Sa poitrine nue sous sa robe et son dos nu que je caresse, ne font rien pour arranger la chose. Le DJ change alors de musique et lance une série « house music ». Je retourne m’assoir mais Marie a envie de danser. Je dois dire qu’elle danse particulièrement bien et sa silhouette est magnifique. Je ne suis pas le seul à me délecter du spectacle ainsi offert.
Marie s’approche d’une barre et entame une lap dance, qui devient très érotique. Marie est superbe dans la lumière crue du projecteur, les spots de la salle ont été baissés et on ne voit qu’elle. Un homme au premier rang, a tombé le pantalon et se branle devant elle.
Une femme s’approche alors. C’est la barmaid. Elle se joint à Marie pour un tableau sensuel. Marie accepte les caresses, alors la femme s’attaque à sa robe qui tombe bientôt à ses pieds. Elle s’agenouille et fait glisser le string. Marie est nue à l’exception de ses bas et de ses talons. La chaleur monte encore d’un cran. La femme enlève aussitôt sa tunique sous laquelle elle est nue et se colle à Marie.
Ce n’est plus de la danse ! Les deux tribades font littéralement l’amour sous nos yeux ! Le DJ joue aussi avec les lumières lorsque les deux gouines se couchent dans un soixante neuf torride. L’homme au premier rang gicle par terre. Ses grognements sont couverts par la musique. Les deux femmes deviennent électriques. Marie n’est pas la dernière pour lécher et caresser sa partenaire. Toute la salle a maintenant les yeux rivés sur les deux tribades. Il faut dire que le spectacle est superbe ! A son habitude, Marie manifeste bruyamment quand sa bouche se décolle des lèvres intimes de la barmaid. Leurs doigts s’agitent dans les orifices qui se présentent sans distinction. D’un coup Marie jouit sous les caresses de l’autre femme qui la suit de quelques secondes.
Dans la salle des applaudissements saluent la prouesse des deux salopes qui ont lancé divinement la soirée, avant que chacun ne reprenne ses occupations. Un peu hébétée, Marie se lève, récupère sa robe, cherche son string qui a disparu. C’est l’homme du premier rang qui l’a subtilisé. Elle revient vers moi et s’effondre sur la banquette à mes côtés. La barmaid qui passe près de nous, se penche sur elle et dépose un baiser sur ses lèvres.
« Tu dois me trouver perverse, mais j’aime aussi les femmes ! Je n’ai pas eu le temps de te le dire avant.
Ne t’en fais pas ! J’ai d’abord adoré, comme tout le monde ici, te voir faire l’amour sur scène. C’était très beau et puis rassure-toi. Je n’ai pas peur non plus de sucer une belle bite ou un beau cul !
Eh bien toi ! Tu n’es même pas jaloux que j’aie trouvé une autre partenaire ?
Si je t’ai amenée ici c’est que je suis aussi libertin que toi et que je ne comptais pas te garder pour moi seul. Je dois te dire que je t’ai trouvée très belle quand tu dansais à la barre et avec cette femme. Je bandais comme un fou, comme je crois tous les hommes dans la salle. Et je ne parle pas des femmes !
C’est vrai ? Tout le monde me regardait ? J’ai honte !
Tu ne dois pas ! Demande à l’homme qui a jouit et a piqué ton string.
Quoi ? Lequel ? Il va me le rendre !
Il n’est plus là. Franchement tu n’en a plus besoin. Je t’en offrirai d’autre, si tu y tiens.
Et toi ? Tu n’as pas joui ?
Non ! Je me réserve pour la suite.
Attends ! Je veux que tu profites aussi»
Toujours nue, Marie se jette entre mes jambes, défait et enlève mon pantalon. Quand je suis nu, elle plonge sur ma queue dressée et l’avale goulument. A genoux ainsi elle est magnifique. Sa croupe se détache et attire l’œil.
Un homme s’approche. D’un signe il me demande mon accord et s’agenouille derrière Marie. Commence à la caresser, à la lécher. Elle a bien tenté de se redresser pour voir qui était sur elle, mais j’ai maintenu sa tête et elle a repris son ouvrage.
Quand son cavalier s’apprête à la pénétrer, je lui fais signe de se couvrir, ce qu’il fait aussitôt. Un nouveau sursaut de ma cavalière, vite réprimé et l’homme la baise vigoureusement, sans qu’elle ne lâche ma bite. Prise par les deux bouts Marie est ballotée et pour une fois ne peut s’exprimer.
C’est alors que survient Martha. La naine monte sur la banquette, m’enjambe et retire la tunique qui la couvre et sous laquelle elle est nue. Debout devant moi, elle me donne sa chatte à lécher. Martha est soignée et sent bon. Ma langue s’infiltre dans sa chatte ruisselante et je m’abreuve de ses sucs.
Bien chauffée maintenant, elle veut être prise. Marie ayant senti sa présence, lui laisse la place. Elle couvre mon sexe d’une capote et le dresse alors que la naine plie ses jambes et s’embroche tranquillement.
La sensation est curieuse. Je pénètre son antre d’un coup sans rencontrer de résistance. Le vagin est large et je me dis que j’aurais du mal à rester raide. C’est alors que son bassin est posé sur mes cuisses que je sens ma queue être serrée fortement. Nos deux visages sont face à face et elle doit se douter de ma pensée. Martha sourit et me glisse
« Surpris ?
Agréablement oui ! »
Martha ne bouge plus mais ses muscles internes massent ma tige comme une bouche. Elle se penche sur moi et nous échangeons un baiser profond.
Marie, dont le cavalier a terminé et s’est retiré, revient s'asseoir à mes côtés et nous observe en souriant. Quand Martha interrompt son baiser, elle se penche à son tour sur moi et m’embrasse. Un autre homme s’est approché et se précipite à genoux pour lui bouffer la chatte.
Sa bouche étant maintenant libre, Marie exprime haut et fort le plaisir qu’elle ressent, ne se privant pas au passage de m’associer à ce moment
« Alors salaud, tu es content ? Tu peux te la taper, la naine ? Oh le salaud ! Sa langue est terriblement longue ! Il me bouffe la matrice ! Elle est bonne sa petite chatte ? Elle ne bouge pas trop !
Tu sentirais comme elle me masse avec sa chatte, tu serais folle !
C’est pas vrai ! Oh la salope ! Tu te régale mon chéri ? Je crois que je vais encore jouir ! J’aime te regarder baiser avec elle ! Tu aimes me regarder toi aussi ?
Je te l’ai déjà dis. J’adore ça ! Mais j’ai envie de te baiser aussi !
Retiens-toi salaud ! Je veux que tu me baises après !
Je sais pas si je vais tenir ! Martha est une diablesse avec son sexe ! »
Heureusement, que cette dernière ne tient plus. J’ai attrapé ses seins et travaille les tétons ce qui la fait jouir en criant ! Elle lâche une bordée de jurons et arrose mon ventre de ses sécrétions intimes. En grimaçant elle se redresse et me laisse la place de me lever à mon tour.
J’écarte l’homme qui léchait Marie et l’enfile d’un coup jusqu’à la garde. Marie est prête heureusement car il ne me faut pas longtemps pour gicler mon sperme au moment où elle hurle son plaisir.
Je me retire après l’avoir longuement embrassée et m’étale à nouveau à ses côtés sur le siège. Martha qui est restée, se précipite et se penche sur ma queue pour avaler les dernières gouttes de mon sperme. L’homme que j’avais écarté, replonge dans la fourche de Marie et lape maintenant le mélange de sperme et de cyprine qui suinte de la chatte de ma partenaire.
Martha a été appelée pour régler un problème et l’homme repu s’est retiré. Autour de nous, des couple des trios ou les groupes sont formés et se caressent ou baisent sans souci du regard des autres.
Ces émotions nous ont donné soif. Nous retournons au bar. On s’installe sur les hauts tabourets où la barmaid nous accueille avec un grand sourire. « Vous étiez magnifiques et toi, dit elle à Marie, j’espère qu’on va remettre ça un peu plus tard. Martha qui revient à ce moment, me remercie. Personne ne l’avait baisée en public jusque là.
« Cà ne te gêne pas d’être vu avec moi ?
Pas du tout ! Franchement c’est quand tu veux ! On recommence. Enfin, pas tout de suite, il faut que je récupère !
Tu es sûr ? »
La naine est à la bonne hauteur, sa bouche happe ma bite ramollie et me suce ainsi. Moi accoudé au comptoir, jambes écartées sur mon tabouret sous les regards rigolards de quelques voisins. La bouche de Martha est vorace et il ne faut pas longtemps pour que je rebande. Jugeant que j’ai atteint ma plénitude, Martha se recule et monte à tous le résultat de sa pipe.
« Tu vois que tu es de nouveau en forme ! Bon, je te laisse un peu avec ta chérie tout de même. Amusez-vous, mais si tu veux bien, j’aimerais te retrouver avant votre départ. Tu me baiseras ici.
Attends ! »
Je saute au bas du tabouret, soulève Martha qui a compris Ses courtes jambes enserrent ma taille et ma queue trouve sa chatte. La naine ne pèse pas beaucoup. C’est étrange comme sensation ce petit corps. Ce n’est pas une enfant mais c’est tout de même bizarre. En deux pas je suis contre une banquette. J’allonge Martha sur le dossier qui est à la bonne hauteur et je la bourre en cadence.
Un homme qui a suivi lui présente sa bite qu’elle avale sans rechigner. Il se vide en quelque secondes, se retourne et s’éloigne rapidement. Martha en rajoute. Oh oui ! Salaud ! Baise-moi bien ! Elle est bonne ta bite ! Bourre-moi à fond ! C’est bon ! Oui !
Ayant bien jouis il y a peu. Je n’ai aucun mal à me retenir malgré le massage interne de Martha. Elle ne se retient pas et s’abandonne au plaisir sous le regard curieux de quelques voisins.
Après cet épisode, nous décidons d’aller dans le jacuzzi avec Marie. Moment de repos et de relaxation avant de recommencer.
Dans l’eau bouillonnante, nous faisons connaissance avec un couple qui nous félicite. Marie tout d’abord pour sa prestation sur scène et tous les deux pour celle du divan.
« Je n’avais jamais vu Martha baiser en public. Je croyais être gênée au départ, nous dit la femme, mais j’ai trouvé ça très excitant ! Il vous faut du courage pour vous exhiber ainsi !
Je n’ai pas fait d’effort particulier. Martha est une femme comme les autres. Certes ses mensurations sont différentes mais je peux vous dire qu’elle fonctionne très bien. Je n’ai pas beaucoup de complexes moi-même et je ne regrette pas du tout.
C’est l’une de nos premières fois indique son mari. C’est assez difficile de se lâcher.
Je vous rassure. C’est la première fois que nous venons.
Mais vous avez de l’expérience tout de même
Moi, jamais dit Marie
Moi je fréquente les saunas mais c’est une première en club.
Eh bien bravo ! Je vous félicite ! Je ne sais pas si nous aurons assez de cran pour faire comme vous !
Puisque nous sommes seuls en ce moment, ça vous dirait d’essayer avec nous ?
Je n’osais pas vous le proposer ! »
Je m’approche de la femme et l’homme de Marie, que j’ai embrassée avant de m’éloigner. J’avais compris qu’elle était d’accord et que l’homme ne lui déplaisait pas. La femme qui semble la plus décidée, se laisse enlacer et m’embrasse alors que mes mains partent à la découverte de son corps. Je jette un œil vers Marie qui a pris littéralement les choses en main les remous sous la surface attestant qu’elle a saisi la queue de son partenaire.
Nous jouons un moment dans l’eau, puis je propose à nos nouveaux amis d’aller dans une alcôve ou nous serons plus à l’aise. Comme ils sont d’accord, après l’échange d’un petit regard d’acquiescement, j’entraine la femme par la main hors du bain.
Martha nous avait apporté des peignoirs, aussi nous nous séchons et trouvons l’une des niches disponible. Sur le matelas central trois ou quatre couples s’amusent dans une grande partie de jambes en l’air.
Une fois tiré le rideau et isolés nous reprenons nos caresses. La femme est très agile. Une belle fourrure recouvre son pubis. Je ne suis pas très adepte mais elle est bien taillée et drue, aussi je me régale à fourrer ma langue entre ses lèvres. Un miroir renvoi l’image de l’autre couple. Nous allons baiser chacun la femme de l’autre en levrette face à la glace, mais il n’y aura pas d’autre mélange. Marie a bien tenté mais la femme a repoussé ses avances, quand à moi, voyant cela, je n’ai pas approché son homme.
Nous passons un bon moment avec ce couple sympathique et les encourageons à continuer de profiter de la vie.
Une petite heure plus tard, nous revenons en leur compagnie au bar. La salle s’est vidée et il reste encore une dizaine de couples et quelques hommes.
Nous retrouvons Martha en compagnie du couple qui tient le bar. Lui fait office de DJ et d’éclairagiste. Un homme assez jeune vient inviter Marie à danser et elle entraîne le couple avec eux. Je reste au bar pour profiter du spectacle. Marie, totalement à l’aise, est restée nue et je dois dire que sa silhouette altière est un plaisir des yeux. La soirée est bien avancée et à son passage les têtes se tournent vers elle.
« Elle est belle n’est-ce pas ? Me souffle la barmaid qui elle aussi la regarde
J’ai l’impression que vous avez bien aimé tout à l’heure.
Oui, j’ai adoré ! J’adore son corps, bien charpenté et souple. Votre femme est superbe !
Ce n’est pas ma femme. Je suis avec elle depuis hier et je la découvre libertine, ce qui m’enchante !
C’est vrai ? Dites-moi, j’aimerai que vous restiez jusqu’à la fin. Vous viendrez prendre le petit déjeuner avec nous. C’est une tradition à la fin du travail. Je crois que Martha vous apprécie aussi. On pourra discuter.
Pas de problème, nous sommes sur place. Nous n’avons pas de route à faire.
Martha ? On a deux invités pour le petit déjeuner ! Monsieur…
Jean. Et mon amie c’est Marie !
Enchantée ! Moi c’est Claudie. »
Martha s’est rapproché et nous regarde observer Marie sur la piste. C’est vraiment une belle danseuse qui électrise son partenaire. Je ne me suis pas rendu compte, mais je bande fort sur mon tabouret. Martha, elle, en profite et se glisse entre mes jambes pour emboucher ma bite. Ses lèvres voraces me sucent frénétiquement. Elle caresse mes couilles et glisse un doigt vers mon trou. J’avance mes fesses pour lui faciliter l’accès.
Les nains ont des mains aux doigts courts, mais Martha sais bien s’en servir. Elle a mouillé les siens dans sa chatte et n’a aucun mal à m’en planter deux dans le cul.
« Eh bien petit salaud ! Dit-elle en relevant la tête. Tu aimes te faire enculer toi !
Ne te gêne pas ma cochonne. Tu risques seulement de te faire arroser la glotte !
Oh oui ! Donne-moi ton foutre salaud ! Je l’ai goûté un peu tout à l’heure, mais je veux que tu gicles directement dans ma bouche ! »
Elle reprend son ouvrage et moi ma contemplation de Marie sur la piste. Un homme s’est approché sur le tabouret voisin et nous matte. Quand Martha essaye d’attraper sa queue, il repousse sa main.
- « Tu n’as pas envie qu’on voit qu’une naine t’excite ? Lance-t-elle. Alors ne reste pas là ! Lui, tu vois, ça ne le gêne pas. Il n’a pas de blocage ! »
Alors l’homme lui prend le bras et l’amène sur sa bite raide. Martha qui a replongé sur la mienne ne voit pas les regards qu’il jette autour de nous, craignant que quelqu’un ne le voit se faire branler par la naine.
Voyant cela, je relève Martha la fait monter sur le repose pied, le torse sur l’assise, son cul tendu vers l’arrière. Je pose mon gland à l’entrée de sa chatte et connaissant maintenant ses facultés, je la pénètre d’un coup. Aussitôt je sens ses muscles internes se mettre en marche alors que je la prends sans la ménager.
Martha grogne son plaisir mais a la force de me dire qu’elle veut que je me lâche dans sa bouche. Le coït dure un moment et la naine gueule trois fois avant que je ne me retire et la redescende du tabouret. Alors là debout tous les deux, sa bouche enfourne ma bite et me fini en quelques secondes.
La sensation est terrible ! Martha me « pompe » à fond ! J’ai l’impression qu’elle m’assèche les couilles ! Je crie à mon tour en m’accrochant à sa tête qui n’a pas l’intention de se retirer.
Mon cœur bat fort dans ma poitrine. Je transpire et mes jambes tremblent. Je prends un pied terrible ! Je soulève alors Martha et l’assoie sur le tabouret. Je me penche sur elle et l’embrasse pour la remercier. Surprise au début, elle participe rapidement avant de nous séparer haletants.
« C’est… C’est la première fois qu’un homme me baise et m’embrasse en public ! Tu es un chou !
Merci. Mais tu es une sacrée baiseuse aussi ! J’ai soif et ce cocktail est délicieux. Tu en veux un peu ?
Fait attention tout de même ! Il a des vertus énergétiques et aphrodisiaques ! Tu vas avoir du mal à t’endormir !
Je ne compte pas dormir encore ! Au retour à l’hôtel j’ai envie de faire l’amour tranquillement à ma compagne !
T’es un sacré numéro toi ! Bon ! On se retrouve à la fermeture, j’ai quelques détails à régler ! »
Sur la piste, Marie n’est pas en reste. Accroupie sur ses talons, jambes écartées, elle suce son cavalier tout heureux de son affaire. Derrière lui, la femme du couple avec qui nous avions « coquiné », se colle à lui, l’enlace et lui titille les tétons. L’homme tourne la tête et embrasse sa nouvelle partenaire sous les yeux du mari ravi vu l’érection qu’il se tient.
Le jeune homme se laisse aller. Marie le finit à la main en arrosant sa poitrine des jets crémeux d’un sperme abondant qu’elle étale sur sa peau de ses mains. Galant, ils l’aident à se relever et les deux amants s’embrassent, puis abandonne le couple pour se diriger vers la salle arrière et ses douches.
Quelques minutes plus tard, Marie me retrouve au bar toute fraîche. Elle réclame un cocktail qu’elle avale d’un trait.
« Je te fais honte ? Je suis une dépravée ! Me dit-elle en souriant.
Au contraire j’adore te regarder ainsi. Tu es superbe et je suis très heureux de te découvrir sous ton jour libertin. J’ai beaucoup de chance de t’avoir rencontrée !
C’est vrai ? Tu es sérieux ?
Je n’en ai pas l’air ?
J’avais un peu peur tout de même ! » Je me penche sur elle pour l’embrasser et la caresser – «Tu sais, je n’ai pas perdu mon temps non plus et Martha a eu droit à nouveau à se faire baiser.
Décidément, tu l’aimes bien !
C’est toujours surprenant d’être avec une naine. C’est aussi excitant et sa chatte est une vraie pompe à foutre ! Je ne te parle pas de sa bouche !
Salaud ! Je t’adore moi aussi ! » On s’embrasse.


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :






Les avis des lecteurs


Une belle histoire très excitante avec des partenaires très libérés ... merci pour ce récit


Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :


Autres histoires érotiques publiées par Yan Loutort


Toutes les femmes s'appellent Marie fin : La nouvelle vie de Marie Noëlle - Récit érotique publié le 24-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : Fin de soirée au Freedom - Récit érotique publié le 22-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : Weekend en club - Récit érotique publié le 20-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : La caissière du supermarché - Récit érotique publié le 18-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Bisexualité - Récit érotique publié le 16-05-2019
Toutes les femmes s'appellent Marie : 2 Marie et 2 Jean - Récit érotique publié le 14-05-2019
Toute les femmes s'appellent Marie : Au sauna - Récit érotique publié le 12-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Françoise est une vieille conaissance - Récit érotique publié le 10-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Hélène retrouve sa compagne - Récit érotique publié le 08-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Un nouveau couple se crée - Récit érotique publié le 06-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Un intermède à la cave avec Floriane - Récit érotique publié le 04-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Nadia - Récit érotique publié le 02-05-2019
Toutes les femmes s’appellent Marie : Marie Hélène - Récit érotique publié le 30-04-2019
Dominique, ma femme étonnate fin - Récit érotique publié le 16-04-2019
Ma femme est ...étonnante suite - Récit érotique publié le 14-04-2019
Madeleine, ma vieille voisine est une coquine - Récit érotique publié le 31-03-2019
Dominique : Ma femme est... étonnante ! - Récit érotique publié le 12-04-2018


Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Piment le 2019-06-17 ....
• Par 50 nuances de grey le 2019-06-16 ....
• Par Cybervoyeur le 2019-06-15 ....
• Par Lusex le 2019-06-15 ....
• Par Madame rêve le 2019-06-15 ....
• Par Antoine le 2019-06-14 ....
• Par Cerise54 le 2019-06-14 ....
• Par picabanc le 2019-06-14 ....
• Par Passifdominant le 2019-06-14 ....
• Par Julien le 2019-06-13 ....





Online porn video at mobile phone


candaulisme forumsexe amateur videohistoireserotiquesporno hermaphroditephoto sexebaise par surprisebdsm sexeliterotica francaisbite geantejeux de sexehds histsexe photocandaulisme mobilelive sexe camteen sexeerotique gratuittriple penetrationsexe interditsexe girlhistoire sexerecits de lesbiennesscene de sexbaise ma belle soeurphotos de sexetatouage sexehistoires de sexsexedenferhds histoire de sexesexe?trackid=sp-006sexe frere soeursexe sur la plagecandaulisme mobileenvie de sexexxx sexehistoires de sexesex cougarbdsm histoirehds histoiressexe transexuelsexe sexysexe histoirefetichisme des piedssoubrette pornosexe et amateurssexe vintagehds sexhistoires xhamstertextes pornovideos sexe gratuitcasting sexesexe histoirefilm sexesexe amasexe taguedocteur porngros einsannonce sexereference sexematures et jeunesxbreizhvideo sexerevebebe recentrecits hdssexe en directrefrence sexesexe amatcocu et chastesexe francaissexe machinebelle mere cochonneles histoires tabou